SYLVAIN DANIEL

Basse électrique
France
Dancing in Your Head(s)


Engagé dés l’âge de 7 ans dans l’étude du cor d’harmonie au CNR de Nantes, Sylvain Daniel aurait probablement rejoint à terme les pupitres d’un orchestre symphonique de province s’il n’avait découvert à l’adolescence les sortilèges sonores de la basse électrique à travers les virtuosités poly-métriques de Reggie Washington dans les groupes de Steve Coleman et de Michel Hatzigeorgiou dans Aka Moon.
Fasciné par le groove, il sent alors que ses goûts le poussent irrésistiblement vers d’autres horizons. Lorsqu’en 1999 Julien Lourau l’embarque dans son orchestre pour la tournée du disque “Gambit”, il comprend très vite qu’il vient de bifurquer définitivement du côté des musiques populaires. Totalement happé par le hip hop, le bassiste épure alors son jeu jusqu’à l’os et fréquente à Paris la scène alternative du squat d’artistes les Falaises (Maxime Delpierre, Laurent Bardainne, Thomas de Pourquery). De cette effervescence naîtra en 2002 le groupe Soulreactive, sa première grande expérience collective. Partagé dès lors entre projets ambitieux ou atypiques (Elise Caron, Electric Mop, Sarah Murcia, Piers Faccini, le groupe DPZ de Thomas de Pourquery et Daniel Zimmermann) et musiques pop (Kent, Olivia Ruiz), Sylvain intègre également l’ONJ sous les mandats de Daniel Yvinec puis d’Olivier Benoit. Il continue de diversifier ses collaborations avec, entre autres, The Afrorockerz, Yom, Bot’Ox, Camelia Jordana, The Wolphonics, Gaël Faye, Killing Spree, Vincent Courtois, Thomas de Pourquery…

En 2016, il dévoile sur scène son projet Palimpseste – Voyage imaginaire dans les ruines de Detroit, un fascinant road trip sonique vibrant aux sons de Motor City avec Laurent Bardainne (saxophones), Manuel Peskine (claviers) et Mathieu Penot (batterie). L’album sort début 2018 (ONJ Records) et est salué par la critique (ffff Télérama, Choc de l’année 2018 Jazz Magazine).

Sylvain enseigne au CRR de Paris.

Photo © Sylvain Gripoix
Partager