Direction artistique Frédéric Maurin

Nommé pour un mandat de quatre ans (janvier 2019 – décembre 2022) à la direction artistique de l’Orchestre National de Jazz, le compositeur et guitariste Frédéric Maurin, qui s’est brillamment distingué durant 14 ans à la tête de l’ensemble Ping Machine, inaugure la douzième aventure artistique de l’ONJ.

Pour ce dernier, il a conçu un projet de grande ouverture se traduisant par une politique active de commandes et de collaborations qui explorent la création d’aujourd’hui, avec des compositeurs et compositrices aux esthétiques singulières, des artistes invités, mais aussi des personnalités issues d’autres champs du spectacle vivant.
Les programmes phares du mandat de Frédéric Maurin se déclinent ainsi en un hommage à la grande figure du jazz Ornette Coleman sur des arrangements de Fred Pallem, une composition collective pour orchestre et quatre voix accompagnée sur scène d’une création vidéo, une carte blanche à la pianiste Eve Risser et, en partenariat avec l’Ircam, une quête de l’expérimentation sonore assistée par ordinateur, imaginée avec le saxophoniste et compositeur américain Steve Lehman.

Un mandat marqué également par la création, pour la première fois dans l’histoire de l’ONJ, de spectacles dédiés au jeune public notamment un conte musical autour du mythe de Dracula et une adaptation pour marionnettes de The Adventures of Greggery Peccary de Frank Zappa.

Chaque programme de l’ONJ favorise l’expérimentation des formes et des formats grâce à un grand orchestre à géométrie variable, intergénérationnel, composé de musiciennes et de musiciens français et étrangers. Des castings spécialement adaptés à chaque répertoire pour permettre une plus grande variété d’instrumentation sur les différents programmes et accueillir au sein de l’ONJ un plus grand nombre d’artistes.

Par ailleurs, Frédéric Maurin initie au cours de son mandat l’Orchestre des Jeunes de l’ONJ. Cet ensemble inédit réunit des élèves issus d’écoles de musique ou de conservatoires et les anciens directeurs de l’ONJ, pour travailler à la réinterprétation des répertoires de l’orchestre depuis sa création, avec l’ambition de transmettre et de valoriser l’incroyable richesse musicale produite depuis plus de 30 ans par cette formation unique et ses déclinaisons.

Espace privilégié de création, d’expérimentation, de rencontres multiples, mais aussi de valorisation du patrimoine, l’ONJ sous la direction artistique de Frédéric Maurin porte aujourd’hui un projet ambitieux aux missions d’intérêt général élargies, à travers un partage de l’outil au service du jazz et de sa pluralité.

Un nouveau et passionnant chapitre s’écrit !


Frédéric Maurin
Guitariste élevé au son de Jimi Hendrix, King Crimson et Frank Zappa, Frédéric Maurin abandonne très vite son métier d’ingénieur pour se consacrer entièrement à la musique et suit en parallèle une formation jazz et une formation d’écriture classique.
Durant 14 ans, il dirige et compose le répertoire de Ping Machine ensemble de 15 musiciens qui est aujourd’hui unanimement reconnu comme une des références de la nouvelle scène jazz européenne.
Il y développe une musique singulière à l’imaginaire foisonnant. Ses larges influences vont de Ligeti à Steve Coleman en passant par Meshuggah, Charles Mingus ou Gérard Grisey. Il s’attache à proposer, à travers une écriture musicale très précise qui questionne le langage musical mais aussi les formes employées habituellement dans le jazz et les musiques improvisées, une musique qui garde toujours en son cœur une énergie et une générosité permettant une plongée collective dans un monde parallèle. Ping Machine est un ensemble conventionné Cerni (Compagnie ou Ensemble à Rayonnement National et International) par la Drac Ile-de-France/Ministère de la Culture, soutenu par la Sacem la Spedidam, l’Adami et la Région Ile-de-France.

Frédéric Maurin est, par ailleurs, guitariste dans de multiples projets en tant que sideman. Depuis de nombreuses années, il choisit de s’impliquer collectivement afin d’améliorer les conditions de diffusion des musiques qu’il défend : de 2011 à 2017, il a été président de Grands Formats, fédération d’artistes pour la musique en grands formats qui regroupe aujourd’hui 57 grands orchestres professionnels et plus de 1000 musiciens sur l’ensemble du territoire français.

Photo © Sylvain Gripoix


retour